Contact

Mairie de Mezel

88 Rue Guyot Dessaigne

63115 Mezel

logo-arobase

 

Horaires d'ouverture

Lundi : 09h00 - 12h00  13h30 - 18h30

Mardi : 09h00 - 12h00

Mercredi : 09h00 - 12h00  13h30 - 18h30

Jeudi : 09h00 - 12h00

Vendredi : 09h00 - 12h00  13h30 - 16h30

 

logotel

 

 04 73 83 11 07

 

   

Un jardin au naturel se prépare dès l’automne !

C’est la fin de l’été et il est déjà temps de préparer la saison prochaine au jardin. Parce que les pesticides présentent des risques pour la santé et l’environnement, pourquoi ne pas se tourner vers des méthodes d’entretien ou de culture plus naturelles ? Ces nouvelles pratiques s’anticipent… dès l’automne.

L’automne, le temps des plantations

Arbres, arbustes et autres plantes vivaces s’installent préférentiellement à l’automne. Les conditions météorologiques favorisent l’installation de ces végétaux, qui profiteront de la période hivernale pour développer leur système racinaire tandis que leurs parties aériennes sont en dormance. Au printemps, c’est un végétal plus fort et moins vulnérable qui pourra se développer. Veiller à installer « la bonne plante au bon endroit » en respectant les exigences de la variété (ensoleillement, type de sol…).

On peut dès la plantation anticiper le désherbage au pied de ces végétaux, en apportant une épaisseur suffisante de paillage (au minimum 10 cm). Cette technique est également intéressante au potager. Ainsi, disposez de la paille au sol dès la plantation des fraisiers et vous n’aurez pas à les désherber pendant toute la saison. Le paillage permet également de limiter les arrosages (en maintenant l’humidité du sol), de protéger le sol des intempéries et températures extrêmes, ce qui favorise la vie du sol. Par ailleurs, les paillis à base de produits végétaux (paille, écorces de pin, copeaux de bois, paillettes de lin, cosses de cacao…) enrichissent le sol et améliorent sa structure en se dégradant naturellement.

Un sol jamais nu…

Le sol est un milieu vivant, support de culture des plantes, mais aussi réserve en éléments nutritifs. Il est indispensable d’en prendre soin et notamment en le couvrant durant l’hiver. La structure et la vie du sol en sont favorisées. En guise de couverture, on peut installer un paillis (par exemple, du broyat de branches) ou semer des plantes appelées « engrais verts » (moutarde, phacélie…). Il s’agit de végétaux qui ne sont pas destinés à être consommés, mais qui, semés après les dernières récoltes, occupent le sol durant les premiers mois d’hiver. Fauchés en début de floraison, laissés séchés puis incorporés au sol, leur dégradation une fois enfouis permet également d’enrichir le sol.

Divers traitements d’hiver

Pour les arbres fruitiers attaqués par des insectes ou maladies, il est essentiel de bien ramasser les feuilles et couper les rameaux malades. Les traitements d’hiver à base d’huile blanche, de chaux ou d’argile à appliquer sur le tronc détruisent par asphyxie un grand nombre de formes hivernantes de ravageurs qui trouvent refuge dans les fentes (cochenilles, pucerons, carpocapses, anthonomes…). Ces traitements assainissent les arbres et limitent les attaques de ces insectes ou champignons la saison suivante.

Pensez aussi aux auxiliaires

Les auxiliaires du jardin sont les animaux dont la présence est bénéfique pour le jardin. Ce sont des pollinisateurs, des prédateurs d’insectes ravageurs… Afin de maintenir durant l’hiver dans votre jardin cette faune naturellement présente lors de la saison estivale, vous pouvez installer des abris à leur attention : petits tas de paille ou d’herbes sèches (brins disposés horizontalement), fagots de tiges creuses (forsythia, sureau, framboisier…) que vous pourrez abriter de la pluie avec des tuiles ou un morceau de bâche.

Les auxiliaires apprécient également la présence de plantes qui fleurissent ou fructifient plus tard dans la saison. Le lierre est par exemple une plante qui fournit du pollen aux abeilles tardivement, et qui propose parmi les premiers fruits du printemps aux oiseaux.

Une indispensable planification de la saison prochaine…

Bien penser le plan de son potager est une étape essentielle. La rotation des cultures (changer de place les différentes cultures d’une année à l’autre en alternant les familles sur une même zone) permet de casser le cycle de certaines maladies ou ravageurs. Il est également intéressant de réfléchir aux plantes installées côte à côte, voire même ensemble. Certaines plantes, cultivées en association, se protègent mutuellement !

Et si vous souhaitez démarrer votre potager au printemps prochain…

Installez dès à présent un paillage végétal épais (ou une bâche noire) sur la surface à désherber. L’absence de lumière fera dépérir les végétaux présents. Vers la fin de l’hiver, enlever le paillage et commencer à travailler votre sol pour retirer et faire geler les racines des plantes les plus résistantes. Au printemps le sol sera ainsi désherbé, sans avoir eu recours à des herbicides chimiques !

Le jardinage au naturel, ça s’apprend, et ça marche !

De nombreux jardiniers amateurs ont adopté des techniques de jardinage au naturel, pour produire des légumes de qualité, et vivre dans un environnement préservé.

Au niveau national et régional, les professionnels tout comme les amateurs ont pour objectif de réduire leur utilisation de pesticides de moitié, c’est l’objet du plan Ecophyto. Pour aider et informer le grand public, 34 jardineries volontaires* ont signé la charte « Jardiner en préservant sa santé et l’environnement » en Auvergne. Elles sont volontaires dans la démarche de réduction des pesticides, et peuvent vous apporter d’autres conseils pour un jardinage au naturel.

D’autres sources d’informations : Association des jardiniers de France, www.jardiner-autrement.fr

*coordonnées sur www.phyteauvergne.fr

Images de Mezel
Image Detail

Les derniers articles par email


muresallier